mercredi 5 juin 2013

And so it begins...



Demain, ma troisième fille aura un an. Un an pendant lequel j'ai travaillé au ralenti, dans le cocon de la mater' : deux matinées par semaine, juste pour ne pas déconnecter du boulot tout en profitant de ma famille (ce qui inclut -hum- la gestion de la logistique de la maison, courses, linge, ménage, parce que c'est bien parce que mon mari bosse beaucoup que j'ai pu me permettre cette parenthèse).

Demain, mon dernier bébé aura un an, donc. Et il y a trois jours, après plus de 10 ans d'un parcours professionnel légèrement chaotique, j'ai "vissé ma plaque" (enfin techniquement elle n'est encore que collée...) Je suis donc "collaborateur libéral" d'un médecin bientôt retraité, qui voulait organiser la transition en douceur.

Pour l'instant je ne réalise pas complètement, je crois. J'ai du mal à me défaire du costume de remplaçante, d'autant plus qu'il est trop tôt pour que les gens viennent me voir, MOI, et pas seulement parce que leur médecin est absent. Mais je vous livre mes premières impressions "à chaud".

Mes consultations sont  encore parasitées par la gestion du logiciel, qui m'avait semblé d'une simplicité enfantine lors de la démo, et qui finalement n'est pas si intuitif ; peut-être aussi que les dossiers n'y sont pas renseignés de manière optimale, ça ne fait pas longtemps que le titulaire a changé de logiciel. Du coup je peine à avoir une vue d'ensemble.

Facteur aggravant, la disposition du cabinet fait que l'on tourne le dos aux patients quand on utilise l'ordinateur... Pas très motivant dès lors pour prendre le temps d'explorer le dossier.

Le cabinet, parlons-en... Pour l'instant, n'étant "que" collaboratrice, je ne me sens pas autorisée à y faire la révolution, mais son organisation pourrait concourir pour un record du monde d'anti-ergonomie ! On croirait que c'est une installation provisoire ...mais qui dure depuis 30 ans.
Le bureau lui même est minuscule, ce qui explique probablement pourquoi l'ordi est posé à côté sur un petit meuble à étagères, où on trouve, en vrac, le lecteur de carte vitale, une brosse à dents, les ordonnanciers, des abaisse-langue, le matériel pour faire des frottis...
Entre ce meuble et le bureau, l'imprimante-scanner, qui trône sur une table roulante métallique ; sur le plateau du bas, des compresses, pansements, antiseptiques... Tous ayant passé leur date de péremption depuis 2 à 5 ans. 
Au pied du bureau, un conteneur à aiguilles avoisine l'unique poubelle du cabinet ; compresses sanglantes ou papier, tout termine au même endroit...
La table d'examen est très basse, ce qui permet aux patients de s'y asseoir sans escalader un périlleux marchepied. Pour le dos du médecin qui les examine, en revanche, ça craint.
Il y a une deuxième table, pour la gynéco ; dessous, un carton débordant de vieilles revues de salle d'attente...

Donc matériellement, c'est hard. On est bien loin du cabinet idéal de Borée. J'avais perçu en le visitant que c'était vieillot, mais j'étais loin du compte...

Mais c'est pas grave. On peut changer tout ça, moderniser, optimiser.
Je vais prendre de l'assurance, prendre mes marques, apprendre à connaître les gens, et petit à petit remettre en question les médicaments "chroniques" qui chagrinent mon œil de Prescririenne. Ça va venir, même si pour l'instant ça me stresse pas mal.

Et ce qui compte vraiment, c'est qu'à terme j'y travaillerai avec une consœur et amie qui partage les mêmes valeurs que moi, et ça c'est inestimable.

Dans quelques heures maintenant, mon ultime bébé aura un an. Chouette moment pour prendre ce nouveau départ.





11 commentaires:

  1. Tant mieux finalement que ce soit vieillot. Tout neuf, tu n'aurais rien pu toucher. Le temps de prendre tes marques et tu refais la déco. C'est aussi une façon de s'approprier son espace et de te sentir chez "toi" après ce nouveau grand saut (parce que la maternité, ça fait sauter aussi !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'avais pas vu comme ça, mais oui, tu as raison, c'est une opportunité de faire les choses à notre image :-)

      Supprimer
  2. Bon courage, et mets de côté pour les charges, car tu comprendras dans 3 ans pourquoi ton prédecesseur mourait de faim. Hors UFML point de salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étant une "vieille" remplaçante, j'ai déjà une idée assez nette de ce que peuvent coûter les charges, au moins sociales, et ai pris l'habitude de mettre de côté environ la moitié de ce que je gagne (déjà amputé jusqu'alors des 20 à 30% de rétrocession).
      Pour le reste, laissez moi rester un peu sur mon nuage....

      Supprimer
  3. Je vous souhaite beaucoup de satisfaction dans votre nouvelle installation

    RépondreSupprimer
  4. ne sois pas trop dure avec ton collaborateur : un jour dans longtemps un ou une d'jeun's viendra pour t'aider ou prendre ta suite et trouvera ringardes certaines de tes améliorations (parce que j'espère bien que tu en feras) pas top ton Xième logiciel etc... toutes ces petites choses qui agacent.
    il faut savoir que quand on a le nez dans le guidon on a du mal à changer , on voit bien sûr tout ou partie de ce qui cloche mais c'est trop lourd après une journée de boulot de faire ce qu'il faut pour changer et le faire sur son temps libre c'est exclus
    donc il arrive un moment après qq dizaines d'années d'exercice où on sait bien qu'il y a plein de choses qui clochent mais on se console en se disant que l'essentiel n'est ni la déco ni l'ergonomie ni les clous dans lesquels on veut nous faire marcher mais le malade qui est là en face de nous. le reste...bof !
    même si je changeais tout dans mon cabinet ringard, je ne trouverais pas de successeur ou de remplaçant . ça motive pas pour se prendre le chou.
    en fait quand tu pourras changer tout ce que tu veux dans ce cabinet fais le chamboule tout parce que tu vas y passer tes journées et fais le bien au mieux parce qu'après une fois lancée tu auras beaucoup de mal à changer.
    te souhaite belle et bonne route

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton analyse est probablement juste ;-) et je ne veux pas lui jeter la pierre. Simplement relever "à chaud" ce qui me pose problème me permet aussi de construire mentalement mon futur cabinet "idéal"...

      Merci pour tes encouragements !

      Supprimer
  5. Bon nouveau départ. Hâte de lire tes nouvelles aventures ;-) Et bon anniversaire à ta petite dernière!

    RépondreSupprimer